Pierrot Buto : son histoire

Crédit photo : CapturEmotion Mondoclowns 2018 © Michèle & Jean-Marc Trichard

Son Histoire

Stacks Image 33063
Pierrot avec Kim Cao - photographe de la première heure

Pierrot Buto parle un langage non verbal. Ses phrases sont ponctuées de gestes, de mouvements, d'émotion, d'images et parfois de sons.

Ce n'est pas parce qu'il ne parle pas qu'il ne comprend pas. Les coutumes et les habitudes des Hommes lui sont totalement étrangères. Pierrot n'est pas bête. C'est juste qu'il réfléchit… la lumière qu'il reçoit. Souvent c'en est particulièrement étonnant.

Il parle un langage que tous peuvent comprendre, petits et grands - quelque soit leur culture - un langage archaïque et universel : le langage maternel du corps humain.
Pierrot Buto est le fruit d'un travail de recherche et d'expérimentation de très nombreuses années. Il est l'aboutissement d'un long processus d'unification de compétences artistiques en un personnage unique.

Pierrot Buto est né sous le regard des passants de la Place Masséna de la ville de Nice, le 14 février 2012 lors de spectacles de rue organisés par la Compagnie Le Coeur Accords.

Pierrot s'étend librement entre le mime, la danse butô, la danse contemporaine, le clown et l'acrobatie. Tels des terrains de jeux de son expression, il vise l'alchimie des disciplines chorégraphiques, circassiennes et théâtrales.

À mi-chemin entre l'orient et l'occident, entre le Japon et la France en passant par l'Inde, que ce soit de part son esthétisme que son influence tant bien humaine qu'artistique, Pierrot Buto puise sa force dans l'énergie de la danse néo-butô et s'inspire librement du mythique Pierrot Lunaire et de ses relations avec le monde des rêves.

C'est un mêle-ange du célèbre mime occidental au méconnu butô oriental. Sa singularité en fait un personnage aussi touchant que surprenant.

Pierrot Buto a été conçu et interprété par MiCkaël ChalOpin.

Son Costume

Le costume de Pierrot est loin d'être un accessoire, il est sa seconde peau…

• Le premier costume a été fabriqué par Ingrid Igelnick, spécialiste des vêtements pour les pratiquants d'arts martiaux. Pierrot dans cette version initiale représentait le yin et le yang, le noir et le blanc en quête vers un équilibre esthétique entre le zen et la société occidentale. http://www.soi-zen.com

• Le deuxième costume de Pierrot a été fabriqué par Claire, couturière niçoise avec laquelle nous sommes repartis de zéro. Pierrot voulait renouer avec la fluidité du costume de Baptiste des Enfants du Paradis tout en y ramenant plus de jeu et d'originalité. http://clairemacouturiere.fr/